Chef au cœur grand comme la forêt boréale

cafe du presbytere - extérieur

(2016, août). Comme le laisse deviner son nom, le Café du Presbytère est logé dans le presbytère de l’église Sacré-Coeur de Chicoutimi, voisine de la célèbre « Petite maison blanche ». C’est un endroit accueillant pour déjeuner ou pour dîner, confortablement installé dans une chaleureuse salle à manger ou encore sur une terrasse paisible, isolée de la route et entourée de verdure.

Ce restaurant unique en son genre est le projet de la dynamique Nathalie Thibault. Formée en cuisine française et italienne, elle a travaillé dix ans en défense des droits des jeunes travailleurs avant d’ouvrir le Café du Presbytère en 2001, sans pour autant perdre sa fibre sociale. Son café allait être un organisme à but non lucratif. Sa mission : être un tremplin pour que des gens marginalisés, ayant de la difficulté à obtenir ou conserver un emploi, puissent intégrer ou réintégrer le marché du travail. Quels que soient leurs défis respectifs, ils sont tous « des petits trésors » aux yeux de Mme Thibault. « Il s’agit de prendre le temps de les encadrer, de les respecter, de les encourager et de les valoriser », affirme-t-elle, avec une simplicité désarmante. Certains jeunes en immersion linguistique ou d’autres qui souhaitent avoir une première expérience sur le marché trouvent aussi du boulot au Café du Presbytère.

Cafe du presbytere - Nathalie

Allier restauration et insertion socioprofessionelle requiert-il d’être un patience particulière? Celle qui le fait au quotidien répond que ça prend d’abord de l’amour, la patience vient ensuite. « Parce que quand on aime, on est plus patient! », lance-t-elle joyeusement, avant de raconter qu’il y a des jeunes qui n’osaient même pas regarder les gens quand ils ont commencé à travailler au Café, et qui, en finissant, avaient la tête droite et allaient vers le monde. « C’est tellement beau de voir ça! ».

« Les saveurs, c’est ben l’fun! Mais il y a tout l’aspect humain qui est super important ici ». – Nathalie Thibault

Célébrer les saveurs boréales

Cette restauratrice au cœur aussi grand que la forêt boréale a commencé à s’intéresser aux saveurs sauvages il y a environ cinq ans. Elle qui adore les sentiers en forêt a été inspirée par les livres de Fabien Girard et son travail avec la gamme D’Origina. Curieuse et gourmande, elle apprivoise peu à peu les saveurs boréales, et apprend à les identifier, à les cueillir dans le respect de la nature et à les mettre en valeur dans ses créations. Une passion était née.

cafe du presbytere - epices boreales

Aujourd’hui, Mme Thibault aime marier cuisine italienne et boréalité. Son menu, qui compte plusieurs produits régionaux au Saguenay–Lac-Saint-Jean (ex.: fruits, fromages, charcuteries) change pratiquement chaque jour… sauf pour la tourtière aux épices boréales (myrique et poivre des dunes) qui reste au menu au bonne partie de la haute saison, au plus grand bonheur des touristes qui en redemandent. On peut consulter le menu du jour en ligne en suivant ce lien.

Lors de ma visite, en plus de la tourtière, j’ai goûté une soupe à la livèche (délicieux avant-goût que ce qui allait suivre!), un effiloché de porc servi en rouleau avec des pommes caramélisées, du cheddar Perron et une gelée maison de sapin baumier (photo ci-bas), une brochette de poulet marinée au thé du Labrador et laquée avec une gelée d’épinette, servie avec sauce demi-glace au myrique (un coup de cœur!) et un gravlax de saumon au sucre d’épinette (la dernière création de Mme Thibault, qui a tellement aimé le résultats de ses tests qu’elle est aussitôt retournée dans le bois chercher plus d’épinette!). Autant de plats qu’on peut accompagner d’une bière de microbrasserie locale. La finale sucrée était composée d’un sorbet au thé du Labrador servi avec une confiture de citrouille au thé des bois et un biscuit au sapin. Il y aurait eu des paquets de biscuits pour emporter et j’en aurais fait provision! (Une idée qui fait heureusement partie des plans de la restauratrice!). Le Café du Presbytère propose aussi de copieux petits déjeuners, que je me promet d’essayer lors d’une prochaine visite.

« Les plats varient entre 13 et 15$, question que les gens puissent vivre une expérience boréale sans que ça leur coûte un bras! » – Nathalie Thibault

Café du presbytère - bouffe

cafe du presbytère - bières

Lorsqu’on vient goûter la cuisine de l’accueillant Café du Presbytère, qui est accrédité Ambassadeur Zone boréale, on verra Mme Thibault tantôt derrière les fourneaux, tantôt en train de coacher son équipe, tantôt en train de jaser avec ses clients. Il arrive aussi qu’on ne la voit pas, car c’est aussi elle qui fait la gestion du café et la cueillette en forêt pour fournir la cuisine. « J’ai une vie bien remplie! », lance humblement la restauratrice hors du commun, en m’adressant un clin d’œil.

Café du Presbytère. 240, rue Bossé, Chicoutimi, G7J 1L9.

*Le Café du Presbytère a été visité dans le cadre d’une tournée Zone Boréale. Le texte respecte la politique éditoriale de JulieAube.com.

Enregistrer

Julie Aubé

Prenez le champ avec moi pour rencontrer des producteurs et artisans passionnés, découvrir des saveurs extraordinaires et vous délier les jambes en parcourant les territoires gourmands du Québec et d’ailleurs!
En savoir plus
Tags:
2 commentaires
  • Jennifer Dore Dallas
    Posted at 14:44h, 15 août Répondre

    Une femme incroyable 🙂

  • À la table des Ambassadeurs de saveurs | Julie Aubé
    Posted at 19:43h, 13 avril Répondre

    […] Logé dans le presbytère de l’église Sacré-Cœur de Chicoutimi, à deux pas de la « petite maison blanche », le Café du Presbytère est un endroit charmant pour déjeuner ou dîner en se régalant des bonnes recettes à saveur boréale de la chef Nathalie Thibault. Passionnée de cueillette sauvage, cette restauratrice propose un menu où sont à l’honneur les arômes de thé du Labrador, de livèche, d’épinette, de myrique, de poivre des dunes, de sapin et de thé des bois sont à l’honneur. Mais le Café du Presbytère va au-delà des saveurs. C’est aussi un organisme à but non lucratif ayant l’insertion socioprofessionnelle pour mission. Pour en savoir plus sur les gourmandises que vous réserve une pause-repas au Café du Presbytère et sur sa mission unique, voici un portrait de la chef d’orchestre de ce restaurant pas comme les autres. […]

Écrire un commentaire