Au pied levé : de la ferme au gîte et à la table

(2018, janvier). Au Québec, peu de fermes proposent une expérience agrotouristique où les découvertes se prolongent jusqu’au souper et même, après avoir dormi sur place, jusqu’au lendemain matin avec un déjeuner champêtre. Ferme d’élevage, boutique, gîte et table champêtre sont réunis sous une même enseigne à la ferme Au pied levé, à Magog, où les propriétaires vous offrent découverte, détente et précieux moments d’échange sur l’agriculture.

De la ville à la campagne

Dessinée par l’architecte Patrick Morand, la maison de ferme se distingue par son look contemporain merveilleusement harmonisé à son environnement naturel : bois de pruche, acier, béton, lignes simples. La grange, qui a dû être rénovée, est elle aussi en bois afin de préserver l’intégrité du bâtiment et sa beauté, et ce même si la tôle aurait été moins chère.

Marie-Thérèse Bonnichon, autrefois infirmière dans de grands centres hospitaliers de la métropole, et Denis Carrier, designer d’expositions (Centre des sciences, Pointe-à-Callière, etc.) qui combine aujourd’hui son métier à celui de fermier, ont acquis la propriété en 2005. C’est en 2008 qu’ils y aménagent officiellement et prévoient y démarrer une culture de sureau. Après avoir été surpris par un hiver hâtif, les propriétaires ont toutefois changé leur fusil d’épaule et ont plutôt acquis… des vaches Highland ! Un changement de cap important qui marque, pour les Carrier-Bonnichon, le début d’une passion pour l’élevage qui perdure jusqu’à aujourd’hui.

Ainsi, la ferme Au pied levé compte divers élevages sur pâturages : bœufs Highland, porcs rustiques, chevreaux, volailles (pintades, dindes sauvages, oies, canards, poules pondeuses rustiques…). Tous les animaux sont au pâturage l’été et la plupart vivent à l’extérieur même l’hiver.

En plus de produire tout leur foin sur la ferme, Marie-Thérèse et Denis ont récemment ajouté des ruches pour avoir leur propre miel et ils ont des projets de jardins permaculturels pour remplacer les espaces gazonnés. « La diversification dans l’entreprise, ça nous nourrit et ça reflète bien qui nous sommes » explique Marie-Thérèse.

Le gîte et la table champêtre

Poursuivant leur diversification, un gîte et une table champêtre s’ajoutaient au projet en 2015. Le gîte compte cinq chambres et un dortoir pour loger la marmaille. Leur décoration simple et lumineuse est rehaussée par des clins d’œil agricoles, comme des chaudières de récolte d’eau d’érable en guise de pattes pour les bancs, des faux et râteaux colorés au-dessus de la tête de lit, ou des peaux d’Highland sur les chaises Adirondack de la terrasse. Les espaces communs – salon et salle à manger – sont généreusement fenestrés, spacieux et invitants : on s’y sent bien au bord du feu.

Le soir où j’ai mangé à la table champêtre, on a grignoté des rillettes de pintade et du pâté de foie d’oie à l’apéro, puis le repas s’est poursuivi avec un potage à la courge et aux marrons garni d’une crème sure au safran. Comme plat de résistance, des côtelettes de chevreau cuites à la perfection, une viande au goût fin, accompagnées de légumes racines. Et en dessert, une tarte Tatin avec une glace aux pommes du Verger familial CR, situé plus bas sur le chemin Fitch Bay (et présenté dans Prenez le champ!, escapade #17). Pour l’alcool, n’oubliez pas d’apporter votre bouteille de vin!

Après une bonne et douillette nuit de sommeil, le copieux déjeuner proposait le jus de pomme du même verger avec des crêpes, de la baguette, des madeleines et du pain aux carottes, ainsi qu’une salade de fruits, des rillettes de dinde sauvage, du fromage Hatley (Fromagerie La Station, non loin) et de la confiture de cerises. Évidemment, le menu varie d’une visite à l’autre en fonction de la disponibilité des produits de la ferme, des arrivages et des saisons.

Selon la saison, une marche ou une promenade en raquettes sur le site est tout indiquée pour s’ouvrir l’appétit ou encore pour digérer. Demandez conseil aux propriétaires pour connaître le meilleur chemin à emprunter en fonction de la météo et des pâturages où se trouvent les animaux. Selon les coins explorés, on peut admirer les collines des Cantons-de-l’Est et apercevoir le lac Lovering.

À l’exception du Manoir Hovey, toutes les viandes et les produits cuisinés sur place sont vendus uniquement à la boutique de la ferme. Il faut donc profiter de son séjour au gîte ou d’un détour à la campagne pour s’approvisionner. Notez que la table champêtre est ouverte à tous les types de groupes (rencontres, familiales, retrouvailles, escapades entre amis, réunions entre collègues, etc.) et qu’elle peut accueillir jusqu’à 20 personnes, toujours sur réservation.

L’agriculture, un travail de tous les jours

« Avec l’agriculture, on est toujours sur un fil, sur le qui-vive. Tout se passe bien jusqu’à tant que ce soit le chaos », dit Marie-Thérèse en riant. Il faut dire que lors de ma visite, le froid des jours précédents avait brisé des conduites d’eau dans la grange. « Il y a une sorte de fragilité à l’agriculture, qui fait aussi partie de sa beauté. » Heureusement, Marie-Thérèse et Denis gèrent l’entreprise en duo : que ce soit pour s’occuper des bêtes ou encore en cuisine, leurs rôles sont interchangeables en tout point, ce qui constitue une qualité précieuse de leur équipe.

Peu importe les problèmes ou la météo, l’agriculture c’est tous les jours. Évoluer comme agriculteur leur permet de développer un fort sens de « l’ici et maintenant ». « Tu ne te demandes pas si tu as le goût de le faire, tu le fais ». De plus, avec une entreprise agricole, une boutique, un gîte et une table champêtre, il faut dire que les jours de congé se font rares pour Marie-Thérèse et Denis. « C’est pourquoi on n’est pas dans l’attente des vacances ou du week-end pour s’émerveiller; on a appris à avoir les yeux ouverts en tout temps, à voir le beau au quotidien! »

Et si, comme mangeur, on multipliait les visites à la ferme, ou qu’on les prolongeait là où c’est possible comme Au pied levé? Ce faisant, on s’offre l’occasion de changer de rythme et d’ouvrir les yeux, à notre tour, sur la beauté de l’agriculture familiale durable qui nous nourrit délicieusement bien et qui vitalise les campagnes près de chez nous.

Ferme Au pied levé
1107, chemin Fitch Bay, Magog (QC), J1X 3W2

*Le séjour a été offert par Tourisme Cantons-de-l’Est. Le texte respecte la politique éditoriale de JulieAube.com.

Julie Aubé

Prenez le champ avec moi pour rencontrer des producteurs et artisans passionnés, découvrir des saveurs extraordinaires et vous délier les jambes en parcourant les territoires gourmands du Québec et d’ailleurs!
En savoir plus

Les derniers articles par Julie Aubé (tout voir)

 

Écrire un commentaire