(2021.08). L’agrotourisme et le tourisme gourmand ont cela de formidable : ils nous outillent et contribuent, de façon savoureuse, à faire de nous des mangeurs plus curieux, sensibles et responsables.

Ces mots, je les ai écrit dans Prenez le champ! en 2016, et j’y crois toujours aussi fort.  Aller à la rencontre des gens qui nous nourrissent, découvrir leurs lieux, leur savoir-faire impressionnant, leurs réflexions, leur dynamisme inspirant, leur cœur au ventre, et ramener leurs produits à la maison, c’est participer de délicieuse façon au système alimentaire de proximité. Quand on associe des histoires, des visages et des paysages aux aliments, ils sont tout sauf banals : ils se gorgent de sens en perdant leur anonymat. La gratitude grandit en même temps que l’amour de l’agriculture de proximité, nous donnant envie de participer à la supporter ainsi qu’à préserver la nature et les écosystèmes qui la rendent possible aujourd’hui et demain. On mange avec un plaisir décuplé, à long terme puisque les expériences vécues et partagées demeurent vivantes dans notre esprit gourmand pour longtemps.

C’est pourquoi je parle d’agrotourisme aussi souvent que je le peux, et que visiter des fermes fait partie de mes activités préférées. J’aime autant les visiter dans le cadre des activités régulières du quotidien que de participer aux expériences spéciales que certaines fermes nous réservent à différents moments du calendrier. Et c’est ce que j’ai fait samedi passé à la 5e édition du Festin dans le champ de la Fromagerie des Grondines, dans Portneuf.

Et quelle expérience!

Le Festin dans le champ, c’est un repas de six services préparé par plusieurs chefs et restaurateurs de la région de Portneuf et de la Capitale-Nationale, servi… dans le champ, littéralement! Un grand chapiteau est érigé entre la fromagerie et un des pâturages des belles vaches suisses brunes de la ferme, qui se restaurent et se prélassent dans l’herbe pendant que les participants savourent les différents plats tout locaux qui incluent, naturellement, tous un fromage de la ferme. Samedi passé, la lumière de fin de journée était chaude et orangée, Dame Nature nous ayant envoyé un resplendissant coucher de soleil pour profiter de l’accord « mets et vue sur les vaches et les champs ». (Des images valent mille mots!)

Chaque restaurateur invité présentait son plat et juste avant le service de fromages, les propriétaires de la fromagerie, Charles Trottier et Guylaine Rivard, ont pris la parole en ayant un bon mot pour chacun des membres de leur équipe, en soulignant leur travail et leur contribution aux produits. Une meule de Clos des Roches, qui pèse 50 lbs, est retournée pas moins de 240 fois durant son affinage, nous a appris Charles, pour souligner que chacun des gestes du quotidien de chaque personne est important. (Quand je disais que rencontrer ceux qui nous nourrissent donne du sens aux aliments!). Ils ont aussi remercié toutes les personnes qui ont contribué à l’édition 2021 du festin, dont les profits ont été remis à Québec Région Gourmande, l’organisation ayant pour mission est de supporter et faire rayonner l’agrotourisme et le tourisme gourmand de la région de la Capitale-Nationale. Parce que c’est en avançant ensemble qu’on dessine un territoire vivant, attrayant et nourrissant, pour le corps et l’âme.

Bravo, merci et vivement la multiplication des festins dans les champs, de toutes les formules et de tous les styles!

Les derniers articles par Julie Aubé (tout voir)