pain bananes(2017, décembre. Mise à jour d’une recette de mars 2011). Six ans après la publication originale de cette recette, mes réflexions sur l’approvisionnement ont évolué. Chaque année depuis, je suis allée un peu plus loin dans la direction de “rapprocher” le plus possible mon alimentation, au sens de diminuer le kilométrage alimentaire. C’est pourquoi je me suis questionnée à savoir si j’allais garder cette recette de pain au bananes sur mon site.

Dans le cas des fruits, l’été, c’est facile. L’hiver, ça implique de prévoir le coup pendant la saison d’abondance des différents fruits de saison. Mon congélateur est plein de rhubarbe, de fraises, de framboises, de bleuets et de canneberges. J’ai aussi fait des conserves de poires locales et on a accès aux pommes du Québec à l’année.

Ça tombe bien, ce sont tous des fruits qu’on adore chez nous. On n’achète plus du tout de bananes l’été, et exceptionnellement l’hiver, et ça ne nous manque pas.

Cela dit, manger localement, ce n’est pas une religion. Ça se veut quelque chose de savoureux et de “responsable” écologiquement et socialement. C’est une démarche qui se fait dans le plaisir gustatif autant que dans la satisfaction de savoir qu’avec mes achats, je soutiens l’agriculture de proximité et je contribue à la vitalité des campagnes québécoises que j’aime tant, tout en diminuant mon impact sur l’environnement. Si on prend plaisir à manger aussi localement qu’on le peut à la maison et à visiter des restaurants qui font des efforts en ce sens, on ne s’empêche pas de manger chez la famille, les amis, sur la route, dans l’avion, etc. Et même à la maison, on ne vire pas fou! Le but n’est pas de manger 100% local demain matin. L’alimentation, ce n’est pas noir ou blanc. Il y a plein de zones grises et on navigue là-dedans. L’important, c’est de faire de son mieux pour garder le cap dans une bonne direction!

Adopter une alimentation durable ne veut pas dire de tourner complètement le nez aux saveurs d’ailleurs. Je crois plutôt que ça veut dire de privilégier l’aliment local lorsqu’il est disponible ou en saison. Par exemple, je trouve qu’il n’est pas nécessaire d’acheter des pommes des États-Unis ou du Chili alors que nos pommes locales sont accessibles à l’année. Et je ne parle pas des fraises de Californie en juillet! Par ailleurs, le café ou le chocolat ne poussent pas chez nous; on peut se soucier de bien les choisir plutôt que de s’en priver. Le cas des bananes est un entre deux : elles ne poussent pas ici… mais d’autres fruits, eux, le font. Est-ce que ça veut dire de la mettre de côté? Non! Pas besoin de couper, éliminer, être drastique : naviguons entre le noir et le blanc! Je ne vois pas la banane comme un aliment quotidien pour un habitant de pays nordique, mais elle peut, au même titre que les autres fruits exotiques, apporter une variété aux fruits de proximité qu’on a congelé ou mis en pots pendant leur saison d’abondance! Peut-être que l’année prochaine, on va acheter une banane de moins et congeler un tupperware de fraises de plus. L’alimentation durable, ce n’est pas un bouton “on/off”, c’est un processus.

C’est pour toutes ces raisons que je laisse cette recette disponible sur mon site, même si je la fais maintenant rarement. (Je laisse d’ailleurs quelques notes des substitutions possibles). Après tout, ce pain aux bananes est cuisiné maison à partir d’ingrédients de base, ce qui est déjà mille fois mieux qu’une collation suremballée aux ingrédients mystérieux préparée par l’industrie alimentaire. Quand on dit que rien n’est noir ou blanc!

Pain aux bananes

Portions : 15

Étape 1
375 ml (1½ tasse) de farine de blé entier
125 ml (½ tasse) de noix de Grenoble hachées (ou de canneberges fraîches, ou de bleuets séchés)
60 ml (¼ tasse) de sucre (essayez le sucre d’érable!)
5 ml (1 c. à thé) de sel
2 ml (¼ c. à thé) de bicarbonate de sodium
60 ml (¼ tasse) de son de blé ou son d’avoine
Étape 2

2 grosses bananes (Bio équitables) bien mûres (ou 3 petites) (il est possible de remplacer par de la purée de courge ou de la compote de pommes)
80 ml (1/3 tasse) de miel
80 ml (1/3 tasse) d’huile de canola
2 œufs

Préparation

  1. Réchauffer le four à 180oC (350oF).
  2. Bien mélanger tous les ingrédients de l’étape 1.
  3. Battre les ingrédients de l’étape 2 au batteur électrique ou au robot culinaire. Creuser un puits dans les ingrédients secs et ajouter le mélange à la banane en une fois. Mélanger délicatement puis verser dans un moule à pain huilé et enfariné. Cuire au four préchauffé 40 à 60 minutes, jusqu’à ce qu’un cure-dents inséré en ressorte propre. Laisser refroidir 10 minutes avant de démouler. (Quand j’utilise un moule à pain de 22 cm, je cuis environ 50 minutes).
  4. Laisser refroidir le pain démoulé 2 heures sur une grille avant de l’emballer dans du papier d’aluminium. Il sera excellent le lendemain. (On peut aussi congeler des tranches pour les lunchs!)

Référence. Osez bien manger, de Nathalie Verret, Modus Vivendi, 2009.

Enregistrer

Julie Aubé

Prenez le champ avec moi pour rencontrer des producteurs et artisans passionnés, découvrir des saveurs extraordinaires et vous délier les jambes en parcourant les territoires gourmands du Québec et d’ailleurs!
En savoir plus