(2020, février). Ils sont souvent au chocolat, les desserts de Saint-Valentin. J’aime le bon chocolat et j’en mange (j’en parle ici), mais j’ai eu envie, cette année, de créer un dessert aux airs romantiques qui soit 100% local. Pour se faire, je me suis inspirée de quelques ingrédients colorés, notamment issus de mes réserves de saveurs locales de l’été dernier.

La rose. J’ai cueilli et séché de la rose sauvage l’été passé, que je gardais en me disant que la Saint-Valentin était une occasion tout indiquée pour les utiliser. Il ne me manquait que la recette parfaite pour les y déposer. Cette recette a donc été en partie créée pour devenir le support idéal à mes précieux pétales de roses! Si vous n’en avez pas sous la main, pas de problème : le pétale décore, mais c’est le concentré ou le sirop de roses sauvages du Kamouraska qui parfume le glaçage. Vous pouvez en commander notamment auprès de Gourmet Sauvage ou de Forêts et papilles. Comme l’intensité du parfum peut varier, allez-y une cuillère à la fois quand vous l’ajoutez au glaçage et goûtez-y pour ajuster le dosage!

L’amélanche. Ce petit fruit d’ici, qui mérite d’être mieux connu, a l’air d’un bleuet dont la couleur tire plus sur le mauve. Son goût, véritablement unique, rappelle celui de l’amande! J’en fais des provisions chaque été que je congèle pour les savourer tout au long de l’hiver. J’en cueille un peu moi-même, mais je complète auprès de fermiers qui en cultivent et en vendent (Les Délices de Compton en Estrie, le Verger bio Hudson en Montérégie… surveillez ceux qui en offrent dans votre coin de pays!). Il est également possible d’en acheter dans certaines épiceries fines (ex.: points de vente de fruits congelés québécois Only Blue). En février, tandis qu’il y a moins de fruits frais locaux disponibles, le moment est propice à faire honneur à nos réserves de petites douceurs d’ici congelées! Si vous n’avez pas de pétales de roses, utilisez quelques baies pour décorer les petits gâteaux!

Le vin rouge. Parce qu’on aime tous cuisiner avec un verre de vin, pas vrai? 😉 “Il en faut dans la recette“, c’est l’excuse parfaite pour ouvrir une bouteille de votre rouge québécois préféré. Vous en utiliserez 125 ml (1/2 tasse) dans la recette, ce qui laisse amplement de quoi siroter en cuisinant et en savourant un bon repas avec ceux que vous aimez! Il y en a une partie dans la compote d’amélanches, et l’autre est ajoutée au lait (dans l’idée de faire comme quand on remplace le babeurre par du lait auquel on a ajouté de l’acidité sous forme de jus de citron ou du vinaigre). Le vin rouge contribue aussi à la couleur quasi-chocolatée du petit gâteau.

Prendre le temps de cuisiner maison pour ceux qu’on aime, ça vaut 100 000 bébelles.
Bonne fête de l’amour à tout le monde!

Petits gâteaux à l’amélanche, au vin rouge et à la rose sauvage

Ingrédients pour 12 petits gâteaux

Compote d’amélanches
500 ml (2 tasses) d’amélanches fraîches ou congelées
125 ml (1/2 tasse) de sirop d’érable
60 ml (1/4 tasse) de vin rouge québécois

Petits gâteaux
125 ml (1/2 tasse) de lait
60 ml (1/4 tasse) de vin rouge québécois
250 ml (1 tasse) de farine intégrale fraîche
125 ml (1/2 tasse) de farine tout usage non blanchie
5 ml (1 c. à thé) de poudre à pâte
2,5 ml (1/2 c. à thé) de bicarbonate de soude
2,5 ml (1/2 c. à thé) de sel
125 ml (1/2 tasse) de beurre ramolli
175 ml (3/4 tasse) de sirop d’érable
1 œuf
125 ml (1/2 tasse) + 80 ml (1/3 tasse) de compote d’amélanches

Glaçage
125 ml (1/2 tasse) de beurre ramolli
125 ml (1/2 tasse) sucre d’érable (un peu plus si vous préférez plus sucré)
60 ml (1/4 tasse) de sirop d’érable
80 ml (1/3 tasse) de compote d’amélanches
Environ 20 ml (2 c. à thé) de sirop ou de concentré de roses sauvages (plus ou moins, au goût). Ne vous privez pas de ces petits gâteaux si vous n’avez pas cet ingrédient, ce sera bon quand même!

Préparation

  1. Dans un petit chaudron, mélanger les amélanches, le sirop d’érable et le vin. Porter à ébullition, baisser le feu et laisser mijoter 20 à 25 minutes. Retirer du feu et mixer au pied mélangeur. Laisser tiédir.
  2. Déposer une coupelle de papier dans les 12 cavités d’un moule à muffins et préchauffer le four à 180°C (350°F).
  3. Dans une tasse à mesurer, verser le lait et ajouter le vin rouge restant. Réserver.
  4. Dans un petit bol, mélanger les farines, le bicarbonate, la poudre à pâte et le sel. Réserver.
  5. Dans un grand bol, battre le beurre et le sirop d’érable au mélangeur à mains. Ajouter l’œuf et 125 ml (1/2 tasse) de compote d’amélanches.
  6. Intégrer à l’aide d’une spatule les ingrédients secs en alternance avec le mélange lait-vin.
  7. Répartir la pâte dans le moule à muffins, puis répartir ensuite 80 ml (1/3 tasse) de compote d’amélanches au centre de la surface des gâteaux (environ 5 à 7 ml par gâteau).
  8. Cuire 25 minutes ou jusqu’à ce que le centre soit cuit. Sortir les gâteaux du four et laisser refroidir.
  9. Pendant ce temps, préparer le glaçage : au mélangeur à mains, mixer le beurre, le sucre d’érable, le sirop d’érable et la compote. Ajouter 15 ml (1 c. à soupe) de sirop ou de concentré de rose, puis continuer en ajoutant 5 ml (1 c. à thé) à la fois en goûtant entre les ajouts, pour vous assurer que le glaçage soit parfumé à votre goût selon le produit utilisé.
  10. Tartiner les gâteaux refroidis de glaçage (ou utilisez une poche à pâtisserie et une douille au choix). Décorer de fleurs de roses séchées ou encore de quelques baies d’amélanches.

Note 1. S’il vous reste un peu de compote d’amélanche, utilisez-là dans un yogourt nature avec votre granola préféré.
Note 2. Si vous avez du mal à mettre la main sur des amélanches, assurez-vous d’en demander à vos commerçants afin qu’ils connaissent votre appétit pour les petits fruits d’ici! Entre temps, utilisez une confiture de fruits noirs d’un artisan local. Vous pourriez aussi utiliser un autre fruit local congelé (ex.: camerises, framboises, bleuets…), sachant que la couleur du petit gâteau pourrait changer.